• EM

J’ai dix chats… (journées portes ouvertes à la salle de bain)

Mis à jour : 20 mars 2019

La plume de notre famille d'accueil la plus active a encore frappé ! Merci Viviane Mulder et toute sa famille ! On aime les jolies rencontres comme celle la !

Dans ma maison, ma salle de bain a débordé. Au sens propre et au sens figuré …

Il y a un an, à l’insu de son plein gré, mon amoureux est devenu famille d’accueil pour chats sauvés des rues … hum autant dire qu’il a bondit de joie. Les enfants eux ravis, cajolaient un chaton entre l’école et un cours de musique. Les cacas nauséabonds, les coups de griffes inoffensifs et les petits miaulements rythmaient notre vie. La salle de bain était devenue plus une arche qu’un thermes. Des yeux soignés, des bisous, des visites de futurs adoptants, une commande de croquettes, des bisous, nettoyer les bacs, des bisous, une lessive, dire au revoir, des bisous, pleurer, sourire, souffler.


Fleur et Nymphadora partirent au début de l’hiver rejoindre leurs nouvelles familles et nous clôturions alors notre première année de FA en disant adieu et bonne route au deux dernières de la douzaine de chats accueillis durant tout l’été.



La salle de bain de ma maison très vivante du Brabant wallon était alors vide. Restait Rupert, petite boule rousse arrivée un soir de pluie et qui s’était immédiatement lové dans mon cou. J’ai craqué et nous l’avons adopté. Après, il y a les photos, les nouvelles drôles, douces, angoissantes parfois que nous donnent les familles adoptantes. On les voit grandir de loin et ça fait du bien.

Le temps passe, le petit dernier marche et parle déjà, il dit « chat » en souriant et donne sa tête pour cajoler son petit frère orange aux yeux de miel. Ses soeurs ont grandit aussi et demandent s’il va encore y avoir des chats. Suki chasse les souris, Razowski se remet de son accident de voiture, Rupert a décidé de ruiner l’industrie du papier toilette.


Le printemps est là et les premières portées avec. Toutes ces femelles abandonnées à la rue, encore pleine ou avec leurs chatons déjà.


La salle de bain réouvre ses portes.

On m’amène deux tâches noires identiques, je ne me rappelle jamais combien de semaines ont les tâches, je frotte leurs yeux avec des lingettes de kamillosan, elles grognent et se méfient. Ils se méfient tous au début … Les jours défilent, une des tâches a le bout de la queue croquée ce sera Pinkett et nous appelleront sa soeur Jada. Par l’interstice de la porte, elles jouent avec les gros qui se posent des questions sur ces nouveaux bruits, ces nouvelles odeurs et puis la confiance installée, ils font connaissance.

La nature exalte et nos nez d’humains civilisés allergiques à tout ce qui n’est pas du béton chatouillent de plus en plus.


Quelques jours avant juin, c’est bientôt les vacances scolaires. « tu te sens capable de prendre une famille? » « oui » « t’as une autre pièce à part? » « oui » « je peux venir lundi après le boulot? » « oui »

Le coin de la chambre est dégagé, gros Suki va devoir dormir dans le salon, il sera un peu triste, un peu jaloux, mais il comprendra.

La cage arrive, enveloppée de tartan, maman souffle, ses yeux verts racontent sa détermination à protéger ses petits. Noir, blanc, blanc et noir. Il fait sombre dans la chambre, il fait sombre dans la cage, je ne vois pas grand chose mais j’attendrai, on se donnera du temps, on fera connaissance. Je viendrai lire à côté de toi, je te présenterai mes enfants, je te choierai et te prouverai qu’on est pas tous des merdes dégénérées. Qu’il y a encore quelques humains qui valent la peine d’être fréquentés.

Son regard de jade me jauge … Gentil pas gentil? C’est l’inconnu dans les deux sens. Je tente un doigt à travers la cage, et le ressort entier.

Je la cajole et la flatte, elle souffle quand il y a trop de bruit, une guerrière prête à l’attaque pour défendre la vie de ses petits.

Elle me laisse caresser ses 4 chatons, je n’ai jamais rien touché d’aussi doux, je souris, elle ronronne… Nous sommes toutes les deux rassurées, l’aventure peut commencer et nos chemins ensembles iront jusqu’aux adoptions.



© 2019 Everyone Matters | Réalisation: Curlie.be | Conditions d'utilisation